Ils font l'événement Rencontre avec...

Zedek Mouloud se confie à Kabylie sur scène (entretien)

Kabylie sur scène a rencontré pour vous Zedek Mouloud. Voici l’entretien que l’artiste a bien voulu nous accorder. Il nous livre ses impressionnants d’après le spectacle qu’il a animé le 1er Yernnayer au Zénith de Paris. Il évoqué aussi ses projets dans l’immédiats et ceux à moyen et du long terme.

  • Le premier Yennayer, vous avez animé votre premier spectacle au Zénith de Paris ou la salle a était archi-comble. Un commentaire sur cette réussite du spectacle?

La grande salle du Zénith, disposant de 6300 places, était effectivement pleine à craquer. Sincèrement, je ne m’attendais pas à un aussi grand nombre de spectateurs venus de partout spécialement pour fêter Yennayer ensemble. Les Kabyles ont fait fort en répondant massivement présent au concert ce jour-là et aussi pour manifester leur solidarité aux blessés de Kabylie. Un immense honneur pour moi, j’en fus fort ému, je les en remercie énormément. Je suis par ailleurs désolé pour ceux qui n’ont pas pu avoir leurs billets à la dernière minute.

  • Ce spectacle est aussi une promotion de votre dernier album, avez vous prévu d’autres activités de promotion dans les jours à venir?

Au Zenith, pour répondre au goût des uns et des autres et aux souhaits de mon fidèle public, j’ai programmé 30 chansons entre anciennes et nouvelles. Cependant, le timing imparti ne m’a pas permis d’aller jusqu’au bout.

Prochainement, j’envisage une tournée ici dans quelques villes françaises, un spectacle à Montréal et aux USA. Les dates précises seront communiquées, dès confirmation, sur ma page Facebook, Intagram, Youtube et mon site officiel www.zedekmouloud.com

  • Vous avez annoncé que la moitié des recettes du Zénith iront aux jeunes kabyles manifestants blessés. qu’en est-il à ce jour?

Effectivement, j’ai promis de verser la moitié de la recette de ce spectacle, mon premier Zenith après 38 ans de carrière artistique, aux jeunes manifestants de Kabylie éborgnés, victimes de la répression policière qui les a sauvagement chargés ce jour-là. D’ici la fin de ce mois, je chargerai mon équipe de remettre en main propre une enveloppe à chacun de ces blessés, un modeste soutien financier pour contribuer à leurs soins. Un tout petit réconfort face à la gravité de leurs blessures car tout l’argent du monde ne pourra compenser la perte d’un œil.

  • Sinon, des projets dans la chanson ?

Des projets dans la chanson ? Et comment ! Comme tout un chacun, un artiste ne se sent plus exister dès lors qu’il ne peut plus se projeter dans l’avenir, surfer sur la vague de son inspiration ou saisir la fougue de ses idées bouillonnantes.

Ce qui est loin d’être mon cas, je vous rassure. Je prépare donc, pour le moment, un single qui sera disponible le mois d’avril sur toutes les plateformes de téléchargement légal. J’espère aussi, et surtout, de tout cœur me produire en Algérie. Je caresse le rêve de retrouver le public qui m’a suivi depuis très longtemps et qui me manque beaucoup.

  • Un mot pour le nouveau site Kabylie sur scène?

C’est une très bonne initiative. Le site Kabylie sur scène permettra, sur un clic, de suivre l’actualité sur les événements culturels en Kabylie, la production artistique, littéraire et tout ce qui promeut l’essor de notre langue kabyle et par ricochet notre identité. Je lui souhaite un long parcours.

Related posts

Entretien / Moe Guettaf, artiste : «mon travail tend vers l’universel»

Hadjira Oubachir

Jeunes blessés de Kabylie : le geste de Zedek Mouloud

kabsurscene

Alger : des jeunes islamistes détruisent des fresques (vidéo)

Amnay Ait